Intervention en ergonomie : pathologie visuelle et impacts sur le travail d’accueil du public

par | 15 février 2022 | Actualités, Ergonomie

Dans le cadre du maintien dans l’emploi d’un agent travaillant dans une Maison Des Solidarités (MDS), un aménagement de poste a été demandé par le médecin de prévention. L’objectif de l’intervention de l’ergonome de l’ASTI était d’identifier les situations de travail invalidantes et de mettre en évidence les ressources organisationnelles de l’agent et les stratégies de compensation mobilisées. 

 

Oeil et travail

Evaluation des situations invalidantes

L’agent est chargé de l’accueil physique et téléphonique des usagers de la MDS (banque d’accueil) ainsi que du traitement administratif des dossiers (bureau partagé avec 2 autres agents) .
Reconnu en Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH), il présente une perte progressive de la vision centrale de l’œil droit (lecture et vision précise des couleurs difficiles) qui s’accompagne d’une baisse de l’acuité visuelle et d’une sensibilité gênante à la lumière.
 

L’ergonome de l’ASTI réalise 2 sessions sur le terrain afin d’analyser l’activité de l’agent et d’identifier les situations invalidantes. Des vidéos et des photographies des différentes situations de travail sont prises. L’ergonome échanges avec l’agent et son responsable en prenant appui sur son rapport préliminaire élaboré suite à ses prises de contact préalables avec le médecin de prévention et les acteurs concernés. 

Cette analyse des situations de travail a mis en évidence 4 déterminants sources de contraintes :

  • la lisibilité des informations à saisir ou consulter,
  • l’ambiance lumineuse,
  • la configuration de la banque d’accueil,
  • les équipements de travail.

Analyse sur le terrain des situations invalidantes

Sa pathologie n’étant pas visible, cela entraîne des situations d’incompréhension et de tension des usagers : temps passé à remplir un formulaire, à décrypter un document.

La disposition de l’accueil ne permet pas à l’usager de s’asseoir pour patienter et ce dernier surplombe l’agent ce qui rajoute à la tension. 

Stratégies de compensation mises en œuvre par le salarié

    Cette pathologie a amené l’agent à développer d’autres savoir-faire reconnus sur le plan de la qualité du travail : mémorisation, écoute active, attention soutenue et esprit de synthèse, participation de l’usager ou des collègues à la lecture des documents.

    Mais cela risque de sur-solliciter ses capacités visuelles restantes et d’entraîner d’autres sollicitations : adoption de postures contraintes pour rapprocher le travail de ses yeux.
    Le partage des espaces de travail avec ses collègues n’entraîne pas de difficultés sur le plan des coopérations.
    Il est mis en évidence que les contraintes supportées par l’agent (ambiance lumineuse et configuration de l’accueil) impactent tout autant l’ensemble du collectif de travail.
     

    Recommandations produites par l’ergonome suite à son travail d’analyse 

    Les recommandations ont porté sur des aménagements de compensation stricte du handicap de l’agent par la mise à disposition :

    • d’aides optiques (loupe électronique grossissante) ;
    • de logiciel d’aide visuelle avec grossissement d’image, avec synthèse vocale couplée à une oreillette, avec reconnaissance optique de caractères (scan OCR) ;
    • d’un écran plus grand avec optimisation des paramètres d’affichage (taille des caractères, contrastes, taille du curseur et des icônes…)
    • d’un bras de fixation articulé pour ajuster la hauteur et la profondeur de l’écran en fonction des besoins et des personnes occupant l’accueil.

    Des recommandations d’actions de prévention collective ont également été données.

    Un travail a été engagé pour la reconfiguration de l’accueil et du bureau administratif :

    • hauteur identique entre agent / usager afin de faciliter le dialogue et la lecture des documents transmis (banque d’accueil) ;
    • éclairage homogène avec ajustement de l’intensité et de la couleur de la lumière grâce à une lampe d’appoint sur le bureau administratif ;
    • pupitre coulissant afin de rapprocher les documents pour la lecture et les positionner dans l’axe de la saisie sur le clavier.

    Le plan organisationnel a également été repensé afin de :

    • faciliter les déplacements de l’agent en dehors de la MDS ;
    • favoriser sa participation aux formations réalisées en dehors des locaux de la MDS grâce à la constitution de binôme avec ses collègues (explicitation orale des présentations, co-voiturage).

    Une fois les aménagements mis en place, l’ergonome de l’ASTI revient faire un bilan in situ auprès de l’agent.

    Cette intervention sera présentée par Julie Vidal, Ergonome Europée à l’ASTI, sous la forme d’une communication orale lors du 36è Congrès National de Médecine & Santé au Travail, le mercredi 15 juin, de 17h30 à 17h45.

      Toxicologie & Ergonomie

      Juridique & Droit du Travail

      Psychopathologie & Psychodynamique

      Penser le travail

      Vous avez une question ?
      Contactez-nous !

      Notre équipe est à votre écoute, du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h / 13h30 à 17h30

      01

      Vous remplissez ce formulaire

      02

      Nous vous recontactons dans les meilleurs délais

      03

      Nous répondons à votre demande